Nîmes Lasallien : site officiel du club de foot de NIMES - footeo

Ecologique et économique, n’hésitez plus et adoptez la gourde !

29 juillet 2018 - 17:50

S’hydrater, un besoin vital pour les sportifs

 A quelques semaines de la reprise, il n’est pas inutile de rappeler l’importance d’une bonne hydratation pour des performances sportives optimales. En effet, pendant l’effort, la transpiration permet la régulation thermique du corps en « surchauffe » avec le travail des muscles. Et en transpirant, le sportif perd avant tout de l’eau, mais également des sels minéraux (sodium et potassium), ce qui entraîne une déshydratation. Celle-ci va avoir un impact négatif sur les performances (une perte d’environ 2 % d'eau = une baisse de 20 % des performances sportives). Elle va également réduire les capacités intellectuelles et augmenter le risque de blessures (crampes, contractures, déchirures ou tendinites).

 Même si des boissons énergétiques ou isotoniques peuvent être utiles à partir d’une certaine intensité d’effort, l’eau reste la meilleure solution pour se réhydrater, se reminéraliser et pour limiter la déperdition en énergie consécutive à la déshydratation, en respectant quelques règles :

  • boire de l’eau de préférence à température ambiante (trop froide, elle retarde la réhydratation),
  • boire régulièrement pendant la séance d’entraînement ou le match sans attendre d’avoir soif, mais également un peu avant et un peu après,
  • boire régulièrement de l’eau au quotidien pour maintenir « l’équilibre hydrique » du corps et sa capacité d’effort.

Les eaux minérales apportant généralement trop peu de sodium, elles ne sont donc pas les meilleures boissons pour compenser les pertes dues à la transpiration. En outre, elles présentent un défaut majeur : elles sont vendues en bouteilles de plastique.

 

Le plastique, un fléau pour l’environnement et un danger pour la santé

La France est le 1er producteur mondial d’eau en bouteille et les Français sont de très gros consommateurs (entre 150 et 200 litres par personne chaque année). Cela représente un marché d’environ 7,5 milliards de bouteilles d’eau en plastique (en Europe, la consommation moyenne est de 73 bouteilles de 1,5 l par personne et par an).

57 % seulement des bouteilles en plastique étant recyclées, les associations environnementales placent la bouteille plastique dans le top 10 des déchets retrouvés sur les plages et dans les rivières. Les bouteilles, les sacs et les bouchons en plastique représentent 70 % des déchets aquatiques.

Sachant que les bouteilles et les déchets plastiques perdus dans la nature mettent entre 100 et 1 000 ans pour se dégrader, cela pose de nombreux problèmes selon Surfrider Europe :

  • la mort de plus d’un million d’animaux marins chaque année avec environ 690 espèces marines impactées (étouffement après ingestion ou blocage des systèmes digestifs par des micro déchets, entraves),
  • la diffusion lente dans l’environnement (eau, sol) de substances dangereuses pour la santé comme le trioxyde d’antimoine (issu du PET*, le plastique le plus répandu dans les bouteilles), des phtalates, du bisphénol A, du styrène…
  • de manière plus étonnante, le transport d’espèces invasives (insectes, bactéries) à travers les océans et de continent en continent.

*polytéréphtalate d'éthylène fabriqué à partir de pétrole brut.

  

La gourde réutilisable, un récipient durable et économique

La gourde, en inox ou en verre de préférence, voire en plastique sans BPA (Bisphénol A)* est le contenant idéal. Elle permet de limiter les déchets en plastique et d’avoir une consommation raisonnable et durable de la ressource en eau. Atout non négligeable, sa réutilisation est également économique. En effet, le liquide dans une bouteille en plastique ne représente que 10 % du coût de la bouteille ! Vous achetez donc surtout du plastique… Au final, l’eau en bouteille est, selon la région, entre 100 et 300 fois plus chère que l’eau du robinet.

Peut-être pensez-vous à la solution alternative de réutilisation de votre bouteille en plastique. Mauvaise idée ! Le plastique des bouteilles fermées préserve la qualité de l’eau, mais étant destiné à un usage unique il sera dégradé une fois qu’on l'ouvre. En outre, vous allez déposer à chaque gorgée des bactéries présentes dans votre bouche sur le goulot et des micro-organismes en dévissant le bouchon. Et a priori vous ne les nettoyez pas avec des produits désinfectants à chaque fois…

Si pour des raisons de régime alimentaire spécifique ou de mauvaise qualité de l’eau du robinet, vous êtes contraint d’acheter des bouteilles d’eau en plastique, ne les jetez pas n’importe où après usage, par respect pour l’environnement bien entendu mais aussi pour les autres usagers des installations sportives.

Pensez au tri et au recyclage qui permettent de donner une seconde vie au plastique : nouvelles bouteilles en plastique bien entendu, mais aussi jouets, moquette, sacs, vêtements (27 bouteilles d’1,5 l = 1 pull en laine polaire) et tenues de sports (8 bouteilles = 1 maillot de foot).

De grands équipementiers fabriquent aujourd’hui des maillots de foot à partir de plastique recyclé pour de grands clubs ou des équipes nationales.

Vous êtes convaincus ? Alors abandonnez la bouteille plastique à usage unique au profit de la gourde réutilisable.

Sources : Programme Educatif Fédéral FFF, ADEME, Surfrider Foundation, Doctissimo, Futura Planète

Liens utiles :

Commentaires

SOLIDARITÉ SÉNÉGAL

Vos enfants ont grandi, vous devez changer les équipements...

Ne les jetez pas s'ils sont encore en bon état !

Nous récupérons des crampons, chaussettes et protège-tibias pour en faire profiter les enfants et jeunes d'une école de foot au Sénégal.

A déposer au siège ou à remettre aux éducateurs.